Les “archives essentielles” dans une ville médiévale : un essai de réflexion

En écoutant à la radio les différent.e.s reportages ou émissions consacré.e.s au débat (à la polémique ?) sur les archives essentielles, j’ai nécessairement réfléchi à “mes” propres archives. Plusieurs idées me sont venues en tête, sans qu’elles n’aboutissent pour l’heure à une conclusion bien précise – d’ailleurs le faudrait-il ? Beaucoup a été écrit sur les archives médiévales, fondement du droit, d’une culture d’établissement (O. Guyotjeannin), d’une mémoire urbaine (X. Nadrigny) ; sur la mémoire et l’oubli, sur les progrès de la conservation à compter des XIIIe-XIVe siècle. Les archives sont l’essence de l’institution, elles sont essentielles à son existence juridique avant de le devenir – au XVIIe siècle, à Reims – à son historiographie. Peut-on saisir des archives essentielles dans une ville médiévale ?

D’abord, il faudrait s’entendre sur ce que signifie le mot “archive”. On rencontre dans les sources davantage les termes de “chartes, titres et papiers”, voire “pièces” ou “instruments”. Jusqu’à la fin du XVIIe siècle, il n’est pas question d’archives à proprement parler. Reste à savoir, en dépit de cet écart conceptuel, si ces termes sont hiérarchisant, ce qui semble aller de soi lorsqu’il s’agit de chartes ou titres, termes projetant immédiatement leur charge juridique et institutionnelle. Pour les papiers, pièces ou instruments, c’est beaucoup plus difficiles à dire. On sait que pour les villes, les titres sont des fondements de droits, essentiels au sens premier du terme. Le reste ne relève sans doute pas de la paperasse inutile, mais d’une documentation de second rang. Dans la Reims médiévale, il y avait donc semble-t-il archives et archives.

Partant de là, il y a essentiel et essentiel : ce qui tient à l’importance d’un acte conservé et ce qui a trait à l’essence de l’institution. Souvent les deux facettes convergent, mais pas toujours et notamment plus on avance dans le temps. L’étude des pratiques de cotations confirme cette idée qu’il existe une “crème” des archives. Ce qui ressort, dans le fonds rémois, c’est que ce sont toujours les mêmes actes qui sont cotés, recotés et encore recotés, du XIIIe (mais surtout XIVe) au XVIIe siècle : effet d’héritage sans doute, effet de valeur de l’acte aussi. Pourtant, il y a un léger élargissement des cotations à des actes contemporains au XVIe siècle, mais jamais de prise en compte de l’ensemble d’un fonds qui aurait été intégralement coté. Est-ce à dire que davantage de documents deviennent des archives essentielles ou qu’elles intègrent une pratique de gouvernement banalisée, ce qui signifierait que la part symbolique de la cotation comme marque d’essentialisation archivistique recule ? Quoi qu’il en soit, à l’aune des pratiques de cotation, la hiérarchisation et la sédimentation des actes essentiels semble s’arrêter au XVe siècle : très peu d’actes rejoindront le corpus des archives primitives et essentielles des institutions municipales après 1429. Les archives essentielles semblent fossilisées. La constitution des archives essentielles est donc, pour l’échevinage de Reims, une étape de son histoire. Si la question est en partie une histoire d’œuf de et poule, l’essentialisation des archives est un enjeu et une résultante essentiel.le.s. de leur traitement au Moyen Age.

La conservation n’est donc pas l’archivage. Il existe beaucoup plus de documents conservés que de documents cotés. Les documents conservés et non cotés vivent sous la menace de la destruction ou du recyclage : des plaids du XIIIe siècle finissent ainsi en couverture de registre au XVIe siècle. Le palimpseste est beaucoup plus difficile à identifier, même si elle est indubitable. Dans tous les cas, c’est une logique budgétaire, de tri et de poids juridique qui prévaut. Certains documents sont ainsi dévitalisés au fil du temps et se réduisent à un support d’écriture.

Se pose alors la question d’un autre processus fondamental, la mise en archives, ses temporalités et son lien avec la nature des documents conservés. En premier lieu, les chartes et arrêts du Parlement obtenus de longue lutte ou bien certains documents administratifs (inventaires d’armes ou de blé) sont immédiatement conservés, parce qu’ils sont essentiels sur la durée ou sur l’instant. D’autres documents sont intégrés au dépôt en différé, comme les registres de conclusions, de comptes. Lorsque les registres de conclusions ne sont pas rendus aux échevins à la mort du procureur par leurs veuve et héritiers (c’est systématique au XVIe siècle), l’institution peut aller jusqu’au procès, preuve que le destin de ces documents de la pratique gouvernementale est d’être essentialisée – ou à tout le moins associés aux archives essentielles. Les cartulaires tiennent une place particulière puisqu’ils essentialisent des archives auxquelles ils offrent une seconde vie, chargée de monumentaliser par le recueil l’essence d’une institution. Les temporalités de l’essentialisation des archives sont infiniment variables et tiennent souvent à des contextes bien particuliers, autant qu’à des pratiques de gouvernement et de gestion de l’écrit institutionnel. D’ailleurs, les archives essentielles sont généralement externes au pouvoir, provenant d’institutions royales ou seigneuriales accordant un droit, à l’inverse des productions documentaires internes, qui sont l’émanation d’un pouvoir en pratique. Pour l’échevinage de Reims, ses archives essentielles sont des archives données, hors de son essence institutionnelle, mais qui en constituent l’existence, dans un processus d’internalisation. Une archive essentielle est issu d’un dialogue politique, d’un octroi ou d’une reconnaissance, davantage que la trace d’une activité gouvernementale.

Certaines archives semblent ainsi essentielles… par essence. Parce qu’elle permettent l’avenir, comme l’explique Joseph Morsel. Mais le travail d’essentialisation par la mémoire, la sélection et la monumentalisation inventent/maintiennent aussi un passé. De l’essence comme origine, on évolue progressivement à l’essence de la pratique. Le concept, s’il est pertinent de l’employer, s’enrichit des pratiques de conservation qui sédimentent la documentation. Entre nature et processus, entre passé et présent, les archives redéfinissent l’essence de l’institution, lui donnant une consistance matérielle de plus en plus épaisse, donnant ainsi une fausse impression d’éternité qui voile la distinction entre ce qui relève de l’essence et ce qui relève de l’essentialisation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.