De la contrainte au choix : l’inspection des archives par le pouvoir royal

En étudiant le trésor des chartes royal, Yann Potin a démontré combien les archives sont en tension entre le secret et la révélation. Dans le cas des archives de l’échevinage de Reims, en un sens, la révélation des archives est toujours contrainte puisqu’il faut les produire en justice pour défendre les droits. Le prix à payer du privilège, c’est l’exhibition du titre avec tout ce que cela comporte de contraintes et de risque. Pourtant, entre les années 1380 et la fin des années 1420 se dégage une période très intéressante durant laquelle le roi ou ses agents viennent inspecter les archives dans la ville même.

La première inspection d’archives a lieu en 1383. A cette date, les échevins sont un peu dans leurs petits souliers puisqu’ils ont été meneurs dans la révolte antifiscale de l’année précédente. Le jeune roi Charles VI a envoyé deux commissaires-réformateurs châtier plusieurs cités qui s’étaient insurgées. Muni d’un ordre royal, les commissaires entrent dans la ville en juin. Ils punissent, taxent et exigent de voir les archives de l’échevinage. La cérémonie est officielle et rassemble les échevins et les autres officiers de l’archevêque (car les échevins prêtent aussi serment au seigneur à leur entrée en charge – Reims n’a pas eu de commune ni de gouvernement municipal véritablement autonome). Les chartes sont aux mains des agents royaux, qui ont pouvoir de supprimer les privilèges ( comme cela a été fait à Paris ou Rouen), ils lisent à voix haute les actes, arbitrent un conflit spontané entre les officiers et rendent « saines et entières » les chartes. L’ouverture, la remise, la lecture et la restitution des chartes sont autant d’actes manifestant l’obéissance au pouvoir royal. Pas de secret ni de lieu inaccessible pour le prince et ses agents ! Cet épisode s’inscrit dans un contexte de développement de l’idéologie royale et de la puissance souveraine sur ses sujets. La fabrique de la souveraineté et de la sujétion passe par des canaux très concrets.

La seconde inspection a lieu en 1429. Sauf que celle-ci a lieu à l’initiative des échevins eux-mêmes ! Les échevins font aménager un chartrier et intègre la visite des archives dans le rituel de l’entrée royale préalable au sacre. Il s’agit de montrer la bonne conservation tout en la théâtralisant, les archives étant enfermées dans une cave sous la loge où les échevins délibèrent. De cette visite, on ne sait rien. Existait-il une mémoire (« traumatique » ?) de la visite des commissaires un demi siècle plus tôt ? C’est possible. Ce qui est intéressant, c’est que la monstration des archives fait sens : parmi les actes d’allégeance et de soumission au prince, le dévoilement des archives fait dorénavant partie du code politique. Ont-ils alors anticipé une possible exigence royale ? Le roi prévoyait-il d’effectuer ce contrôle ? Avait-il les moyens de le faire, sa priorité étant surtout de négocier le ralliement de la cité félonne ? Les échevins ont en tout cas intériorisé ce rituel politique et la signification symbolique du geste.

Ce double moment politique est particulièrement intéressant. Le dévoilement des archives est lié à la restauration du pouvoir royal, il est un outil d’affirmation du pouvoir sortant de crise. On pourrait presque dire que l’inspection des archives est une forme très concrète d’affirmation – ou de réaffirmation – du pouvoir royal sur les communautés. Ainsi, la sujétion des habitants utilise aussi le cadre communautaire pour se manifester. En même temps, le sens de cette ouverture du trésor se renverse entre deux règnes. De la contrainte au consentement, cette évolution interroge la figure matérielle et symbolique du trésor – et en miroir la souveraineté royale : où est le trésor quand le prince – ou ses agents – peuvent entrer dans le dépôt ? A qui s’adresse cette représentation ? La figure parle sans doute plus aux intéressés eux-mêmes. Rien n’est inaccessible au roi, les échevins l’ont parfaitement compris. La visite des archives est la leçon de souveraineté donnée aux échevins, qui ont fini par l’intérioriser.

Les « archives essentielles » dans une ville médiévale : un essai de réflexion

En écoutant à la radio les différent.e.s reportages ou émissions consacré.e.s au débat (à la polémique ?) sur les archives essentielles, j’ai nécessairement réfléchi à « mes » propres archives. Plusieurs idées me sont venues en tête, sans qu’elles n’aboutissent pour l’heure à une conclusion bien précise – d’ailleurs le faudrait-il ? Beaucoup a été écrit sur les archives médiévales, fondement du droit, d’une culture d’établissement (O. Guyotjeannin), d’une mémoire urbaine (X. Nadrigny) ; sur la mémoire et l’oubli, sur les progrès de la conservation à compter des XIIIe-XIVe siècle. Les archives sont l’essence de l’institution, elles sont essentielles à son existence juridique avant de le devenir – au XVIIe siècle, à Reims – à son historiographie. Peut-on saisir des archives essentielles dans une ville médiévale ?

D’abord, il faudrait s’entendre sur ce que signifie le mot « archive ». On rencontre dans les sources davantage les termes de « chartes, titres et papiers », voire « pièces » ou « instruments ». Jusqu’à la fin du XVIIe siècle, il n’est pas question d’archives à proprement parler. Reste à savoir, en dépit de cet écart conceptuel, si ces termes sont hiérarchisant, ce qui semble aller de soi lorsqu’il s’agit de chartes ou titres, termes projetant immédiatement leur charge juridique et institutionnelle. Pour les papiers, pièces ou instruments, c’est beaucoup plus difficiles à dire. On sait que pour les villes, les titres sont des fondements de droits, essentiels au sens premier du terme. Le reste ne relève sans doute pas de la paperasse inutile, mais d’une documentation de second rang. Dans la Reims médiévale, il y avait donc semble-t-il archives et archives.

Partant de là, il y a essentiel et essentiel : ce qui tient à l’importance d’un acte conservé et ce qui a trait à l’essence de l’institution. Souvent les deux facettes convergent, mais pas toujours et notamment plus on avance dans le temps. L’étude des pratiques de cotations confirme cette idée qu’il existe une « crème » des archives. Ce qui ressort, dans le fonds rémois, c’est que ce sont toujours les mêmes actes qui sont cotés, recotés et encore recotés, du XIIIe (mais surtout XIVe) au XVIIe siècle : effet d’héritage sans doute, effet de valeur de l’acte aussi. Pourtant, il y a un léger élargissement des cotations à des actes contemporains au XVIe siècle, mais jamais de prise en compte de l’ensemble d’un fonds qui aurait été intégralement coté. Est-ce à dire que davantage de documents deviennent des archives essentielles ou qu’elles intègrent une pratique de gouvernement banalisée, ce qui signifierait que la part symbolique de la cotation comme marque d’essentialisation archivistique recule ? Quoi qu’il en soit, à l’aune des pratiques de cotation, la hiérarchisation et la sédimentation des actes essentiels semble s’arrêter au XVe siècle : très peu d’actes rejoindront le corpus des archives primitives et essentielles des institutions municipales après 1429. Les archives essentielles semblent fossilisées. La constitution des archives essentielles est donc, pour l’échevinage de Reims, une étape de son histoire. Si la question est en partie une histoire d’œuf de et poule, l’essentialisation des archives est un enjeu et une résultante essentiel.le.s. de leur traitement au Moyen Age.

La conservation n’est donc pas l’archivage. Il existe beaucoup plus de documents conservés que de documents cotés. Les documents conservés et non cotés vivent sous la menace de la destruction ou du recyclage : des plaids du XIIIe siècle finissent ainsi en couverture de registre au XVIe siècle. Le palimpseste est beaucoup plus difficile à identifier, même si elle est indubitable. Dans tous les cas, c’est une logique budgétaire, de tri et de poids juridique qui prévaut. Certains documents sont ainsi dévitalisés au fil du temps et se réduisent à un support d’écriture.

Se pose alors la question d’un autre processus fondamental, la mise en archives, ses temporalités et son lien avec la nature des documents conservés. En premier lieu, les chartes et arrêts du Parlement obtenus de longue lutte ou bien certains documents administratifs (inventaires d’armes ou de blé) sont immédiatement conservés, parce qu’ils sont essentiels sur la durée ou sur l’instant. D’autres documents sont intégrés au dépôt en différé, comme les registres de conclusions, de comptes. Lorsque les registres de conclusions ne sont pas rendus aux échevins à la mort du procureur par leurs veuve et héritiers (c’est systématique au XVIe siècle), l’institution peut aller jusqu’au procès, preuve que le destin de ces documents de la pratique gouvernementale est d’être essentialisée – ou à tout le moins associés aux archives essentielles. Les cartulaires tiennent une place particulière puisqu’ils essentialisent des archives auxquelles ils offrent une seconde vie, chargée de monumentaliser par le recueil l’essence d’une institution. Les temporalités de l’essentialisation des archives sont infiniment variables et tiennent souvent à des contextes bien particuliers, autant qu’à des pratiques de gouvernement et de gestion de l’écrit institutionnel. D’ailleurs, les archives essentielles sont généralement externes au pouvoir, provenant d’institutions royales ou seigneuriales accordant un droit, à l’inverse des productions documentaires internes, qui sont l’émanation d’un pouvoir en pratique. Pour l’échevinage de Reims, ses archives essentielles sont des archives données, hors de son essence institutionnelle, mais qui en constituent l’existence, dans un processus d’internalisation. Une archive essentielle est issu d’un dialogue politique, d’un octroi ou d’une reconnaissance, davantage que la trace d’une activité gouvernementale.

Certaines archives semblent ainsi essentielles… par essence. Parce qu’elle permettent l’avenir, comme l’explique Joseph Morsel. Mais le travail d’essentialisation par la mémoire, la sélection et la monumentalisation inventent/maintiennent aussi un passé. De l’essence comme origine, on évolue progressivement à l’essence de la pratique. Le concept, s’il est pertinent de l’employer, s’enrichit des pratiques de conservation qui sédimentent la documentation. Entre nature et processus, entre passé et présent, les archives redéfinissent l’essence de l’institution, lui donnant une consistance matérielle de plus en plus épaisse, donnant ainsi une fausse impression d’éternité qui voile la distinction entre ce qui relève de l’essence et ce qui relève de l’essentialisation.

Le cas Foulquart

Il est rare de pouvoir dresser un portrait des archivistes médiévaux. Les archives rémoises rendent le pari possible pour l’un d’entre eux et permettent de tenter une biographie politique. Car, pour la fin du XVe siècle rémois, l’histoire des archives est  d’abord une histoire politique des archives.

Jean Foulquart, notaire royal, procureur de l’échevinage durant 30 ans (entre 1474 et 1503) a consacré la fin de sa vie, à côté des obligations multiples liées à sa fonction, aux archives d’une institution et d’une ville dont il veut défendre l’honneur.

Il faut dire que Foulquart est pris dans une forte tempête politique à compter de 1477. Depuis 1473, le capitaine royal, Cochinart, a sollicité les magistrats de la ville pour l’aider à fortifier la cité. L’archevêque Pierre de Laval, de retour dans la cité, découvre son château en partie démembré pour ces besoins défensifs. Il procède à des arrestations, dont le frère de Foulquart, et intente un procès en Parlement. Foulquart lui-même est menacé et s’en tire grâce à ses relations proches du roi.

Foulquart est un homme de mémoire, au sens scripturaire du terme puisqu’on lui prête la rédaction de « mémoires » ou « journal » de plus de 600 pages, écrites de 1479 à 1499 et dont il ne reste aujourd’hui que des épaves modernes. C’est une source précieuse, où il raconte les hauts faits et la vie locale, comme l’incendie de la cathédrale de 1481 ou l’entrée du dauphin Charles en 1484.

Homme politique , il est procureur de l’échevinage jusqu’à sa mort. Dévoué à sa petite patrie, il  se lamente d’ailleurs dans ses mémoires du manque d’implication et de civisme de ses jeunes concitoyens (déjà !) au seuil des années 1490, au point qu’il cesse temporairement d’écrire ses « mémoires ».

Au service de son institution, l’échevinage, comme clerc et procureur, il se consacre pendant vingt ans au classement des archives et à la rédaction d’inventaires. Homme d’archives, il utilise tout son savoir-faire au service d’un classement efficace et d’une connaissance des chartes dorénavant mises en sécurité en terres monastiques. Entre deux voyages au Parlement ou au baillage, il poursuit l’écriture des inventaires jusque 1493.

Dans cette vaste entreprise archivistique qui est aussi l’œuvre d’une vie, au même titre que ses mémoires, il reprend d’ailleurs le projet abandonné d’écriture d’un inventaire-ordo du sacre en 1478. Il refuse le salaire qui doit lui revenir à ce titre (on est loin, très loin, d’un Gérard Charpentier, greffier du conseil de ville qui, après avoir réalisé deux inventaires d’archives de l’institution en 1530, rendit son ouvrage treize ans plus tard, uniquement à condition d’être rémunéré…). Il signale par ailleurs, dans ses mémoires, sa fierté d’avoir pu voir et toucher les instruments qui ont été utilisés lors du sacre de Charles VII. Orchestrant les pièces de théâtre donnés en place publique lors de l’entrée du dauphin en 1484, comme l’origine troyenne de Reims à partir de l’Enéide, il est au cœur du dialogue symbolique entre la ville et son roi. En politique, il s’investit dans l’image que la cité donne d’elle-même. En pédagogue, il édifie la communauté des Rémois unie par un passé commun.

De fait, Foulquart s’investit avec passion dans l’histoire de sa cité. Honoré d’être au service de son passé, il se dévoue au service de l’honneur urbain, qui rejaillit sur le sien propre. Dans sa condamnation de la jeunesse incivique, dans son refus du salaire d’archiviste du sacre, dans sa fierté d’avoir vu les regalia, sa posture oscille sans doute entre mise en scène et sincérité. On touche ici du doigt, à travers une figure centrale des institutions urbaines à la fin du XVe siècle, le sentiment d’honneur urbain et l’éthos citoyen tel qu’il peut s’exprimer parmi l’élite, à une époque où les cités vivent une « renaissance » culturelle et politique à travers leurs propres mises en mémoire.

Reims, une ville peu commune. L’imaginaire communal des échevins au Moyen Age.

Au Moyen Age, la ville des sacres tient son prestige de sa place dans la religion monarchique.  Ce lien unique est un élément fort d’identité et de fierté, que les élus réaffirment à l’envi dans leurs plaidoiries ou suppliques au roi, et que celui-ci rappelle toujours opportunément dans sa propre correspondance avec sa bonne ville. Cette singularité, presque étouffante, fait oublier un échec politique structurant dans le champ institutionnel et mémoriel, qui a pourtant tout autant marqué les mémoires des échevins rémois.

Reims n’a pas échappé au mouvement communal des XIe-XIIe siècle., mais il est soldé ici par un échec. Le roi, appuyant la ferme opposition des seigneurs ecclésiastiques de Reims face aux échevins, supprime la brève commune rémoise en 1139. Reims n’aura pas de commune. Les tensions persistent néanmoins dans la seconde moitié du XIIe siècle, et il faut attendre Guillaume-aux-Blanches-Mains pour voir s’apaiser la situation. En accordant une charte de franchise, la Willelmine, en 1182, l’archevêque cède en partie aux revendications bourgeoises. Il accorde en effet aux bourgeois le droit d’élire annuellement douze échevins qui les jugeront, hors cas de haute justice et de flagrant délit. Outre cette réserve logique qui préserve les prérogatives seigneuriales, ces échevins prêtent serment à leur entrée en charge à l’archevêque (ou son bailli) qui valide (ou pas) l’élection : ils restent, en droit, des officiers seigneuriaux. Le texte recèle malgré tout une certaine ambiguïté, que les échevins (et le roi) ne manqueront pas d’utiliser pour s’imposer face au pouvoir seigneurial et étendre progressivement leurs domaines de compétences à la gestion de la voirie, des finances, du sacre ou de la défense militaire, devenant ainsi de véritables administrateurs de la cité.

Le ver était dans le fruit. Car les bourgeois n’ont pas cessé de réclamer des pouvoirs de nature communale jusque dans les années 1250. Plusieurs graves conflits ont mis aux prises les bourgeois et l’archevêque, ceux-ci réclamant le droit d’user de leur sceau, de faire des bans avec le seigneur, de prélever la taille sans autorisation, de garder les clefs de la ville… Le climat de tension finit par être apaisé par le roi, qui intervint à plusieurs reprises pour imposer son arbitrage.

Les crises de nature communale ont laissé place aux litiges juridiques. La Willelmine a fait l’objet, jusqu’au XVIe siècle, de querelles d’interprétation récurrentes. D’abord au plan de la procédure judiciaire et des privilèges des bourgeois : la charte est régulièrement invoquée et interprétée pour dénoncer les abus judiciaires du seigneur et faire valoir le droit de récréance, la possibilité pour les échevins de juger telle ou telle affaire, le privilège de ne plaider qu’en Parlement, etc. Par-delà des litiges juridiques qui se retrouvent dans d’autres cités, les échevins développent à partir du texte fondateur une mythographie tenace sur leurs origines immémoriales. La Willelmine ne serait selon eux qu’une restitution des scabini carolingiens, qui auraient préexistés à la naissance du duché-pairie de l’archevêque. Au milieu du XVIe siècle encore, les échevins défendent cette historiographie en Parlement pour défendre la survie de leur juridiction. Officiers antérieurs à la seigneurie, les échevins affirment leur consubstantialité à la cité, qui fondent leur légitimité politique et une certaine forme de préséance vis-à-vis de l’archevêque. Bien sûr, ils ne vont jamais jusqu’à remettre en cause l’autorité épiscopale, mais cet imaginaire permet de comprendre qu’ils se pensent en co-gouvernants de la cité. Et la justice monarchique de donner, en 1563, raison aux magistrats !

Outre les querelles ordinaires et une rhétorique sans conséquence, les échevins vont progressivement conquérir des attributs de pouvoir les confirmant dans leur imaginaire communal. En étant dépourvus à l’origine, ils acquièrent un sceau (attesté dans les années 1230), attributif de juridiction propre, contesté par les seigneurs ecclésiastiques de la ville, mais finalement reconnu par le Parlement en 1280.  Au cours du XIVe siècle,  dans leurs plaidoiries, les échevins revendiquent la possession d’une arche où sont rangées les archives, preuve de leur caractère symbolique – presque performatif, finalement – dans la construction d’une identité institutionnelle. Multipliant l’écriture de registres de comptes dès le XIVe siècle, les élus y déploient une rhétorique singulière, attestant des représentations que les échevins se font d’eux-mêmes. Les comptes du greffe sont ainsi rendus par le « corps de l’échevinage » gouvernant le « ban de l’échevinage » ! Autant de concept seigneuriaux forts, mais relevant de la pure fiction. L’enjeu est nul pour ces sources internes sans valeurs juridiques, mais les prétentions sont, une fois encore, claires.

La dernière attestation de cette mobilisation d’une mémoire communale a lieu à la fin du XVe siècle. Alors pris dans un violent conflit les opposant à l’archevêque, dont le pouvoir seigneurial a été bafoué par un capitaine entreprenant et aidé des élus les plus notables, les échevins semblent remettre en place le rituel de la conjuratio. Déjà en 1236, un siècle après l’échec fondateur de la commune, lors de la dernière crise de nature communale, les échevins s’étaient conjurés. Mais en 1478, après avoir prêté serment au seigneur – le seul dû et valide en droit sous le régime willelmien, les échevins jurent devant un officier royal puis, rentrés dans leur hôtel, les nouveaux élus prêtent ensuite un serment collectif sur les évangiles de bien et loyalement gouverner la cité et de tenir secret les délibérations et conclusions. L’instauration du serment indique bien le climat de tension et de méfiance qui régnait alors. S’il vise avant tout à engager l’honneur et éviter la trahison, il lie aussi les échevins au gouvernement de la cité, sous protection de l’autorité royale. La mobilisation du rituel juratoire dans un contexte de conflit avec le seigneur – au regard de ce qui a pu être dit plus haut – semble parachever un imaginaire communal qui, loin d’être mort, est dorénavant institutionnalisé. Cette pratique durera d’ailleurs bien après la crise, puisque le serment sera prêté par les élus tous les ans, jusqu’à disparition de l’institution en 1636. La réaction est devenue tradition.

Le cas particulier des archives prend ainsi relief au regard d’une histoire longue des institutions. Elles n’en sont qu’une facette, mais elles sont à la fois les producteurs et les récepteurs de dynamiques plus globales. Dans cette histoire culturelle du pouvoir, où l’on aperçoit l’image que l’institution se donne à elle-même, les archives participent banalement du rêve d’autonomie qui anime les échevins rémois durant des siècles. L’imaginaire communal est la marque d’un complexe originel, qui va être combattu avec un succès ambigu mais croissant, grâce à l’appui monarchique qui, contre la sujétion, entretiendra le particularisme juridique et institutionnel de Reims, conditionnant entre autres des identités, des enjeux mémoriels et des écritures singuliers.

L’invention des cartulaires

Dans un précédent billet, j’évoquais cette belle série de huit registres qui ouvre l’inventaire des AM de Reims et qui laisse rêveur tous ceux qui s’intéressent à l’histoire de l’écrit et qui m’a incité à approfondir cette question de la transmission des sources. La présence de cette liste de registres en en-tête de l’inventaire actuel veut signaler leur singularité et leur importance dans le patrimoine documentaire. Cette situation relève cependant d’un héritage archivistique.

La série des recueils se divise en deux parties, l’une d’inventaires d’archives (5), l’autre de cartulaires (3). Ces derniers couvrent une période allant du XIIIe au XVIe siècle (R6, le Livre Rouge ou « Cartulaire A » ; R7, Le Livre Blanc ou « Cartulaire B » ; R8, « Cartulaire D » ; le « cartulaire C » ayant « précocement » disparu – avant le XIXe siècle). Le contenu renfermé par ces ouvrages ne correspond pas à la définition scientifique du cartulaire. En fait, seul le Livre Blanc lui correspond. On trouve à côté de ce recueil, une compilation très hétéroclite de décisions et un recueil axé sur une affaire juridictionnelle, bref un ensemble hétéroclite de documents qui ont en commun de contenir des copies d’actes, souvent parallèlement à d’autres informations ou décisions (dans le cas du Livre Rouge, il n’y a que trois copies d’actes sur 226 pages…). Souvent, ces recueils n’ont de cartulaire que le nom.

Or, cette qualification ne correspond pas non plus à l’intitulation des scribes médiévaux ou modernes. Le Livre Blanc, ainsi nommé, est assimilé au cartulaire. En dehors, on relève un « recueil ou registre » voire aucune intitulation dans le cas du Livre Rouge. Sa réalisation semble être le fruit d’une cartularisation tardive et singulière. Si la plasticité du vocabulaire de l’écrit est indéniable et n’empêche pas nécessairement qu’un recueil non nommé cartulaire en soit un, force est de constater que, compte tenu du contenu et de l’agencement interne, ces recueils n’ont pas pour projet d’être des cartulaires. Deux de ces recueils, le Livre Rouge et le Livre Blanc, pourraient tenir leurs noms de l’époque médiévale, même si dans le cas du Livre Rouge, elle relève peut-être d’une confusion avec un recueil aujourd’hui disparu. La série était belle, la continuité plaidait pour l’unité de genre et d’étude : on se retrouve face à un archipel documentaire sans cohérence entre ses composantes. Des recueils à étudier pour eux-mêmes, des projets documentaires différents.

La raison de cette illusion documentaire est à chercher dans les travaux archivistiques opérés dans le second quart du XIXe siècle. A cette époque, M. Hivert (un véritable fantôme archivistique) puis son disciple, le célèbre archiviste P. Varin, ont inventé les cartulaires. C’est surtout ce dernier qui a sérié les recueils par une cotation alphabétique encore employée (jusque dans le recueil de Henri Stein et les bases de données de l’IRHT), dans un esprit de canonisation des recueils de titres (ou de ce qui y ressemblait de loin…). Ces cartulaires parlent aussi du XIXe siècle et de la mémoire médiévaliste qui s’y projette toujours.

La déconstruction de la série des cartulaires n’est pas un facteur disqualifiant. Partie intégrante de l’étude permettant d’approcher davantage la réalité médiévale, elle appelle au contraire à recontextualiser chacune de ces compilations pour en saisir la signification ; à réfléchir sur la diversité des compilations écrites pouvant être envisagés par les gouvernants à cette époque ; à revisiter l’intentionnalité des auteurs et les évolutions des usages archivistiques. Le rêve documentaire des archivistes romantiques laisse place à une complexité et une diversité nouvelles des pratiques scripturaires et des usages d’archives.

Les archives, ou ce qu’il en reste. Face au dépôt.

Le dépôt des archives municipales de Reims réserve quelques surprises archivistiques. La traque des cotes et mentions dorsales sur les documents m’a conduit à fouiller dans un dépôt assez particulier et à m’intéresser aux conditions de transmission des fonds tels qu’ils existent aujourd’hui. Comme une mise en abyme de ma propre recherche.

Le classement du dépôt est sa première singularité. Aucun classement alphabétique comme on pourrait s’y attendre, mais un découpage binaire entre registres et cartons, pour le fonds ancien comme pour le fonds hospitalier : cette bizarrerie est due à une fossilisation datant de l’époque de la Restauration. Auguste Louis Paris, dans un rapport de 1832 fait au conseil de ville (trouvable sur google), déclare vouloir revenir au classement de 1787 effectué par Pierre-Camille Lemoine, pour restaurer l’Ancien Régime archivistique. Les multiples tentatives de remaniement de l’époque révolutionnaire n’avaient pas véritablement abouti à une refondation durable, mais ces transformations furent sans doute suffisamment significatives pour susciter le désir nostalgique de retour à l’ordre ancien. La restauration a donc bien eu lieu… et les archives municipales vivent toujours sous ce régime, puisqu’aucun changement n’y fut apporté depuis. Les archivistes suivants ont travaillé le fonds, mais sans jamais remettre en cause ce tri documentaire. A priori, lorsque l’on cherche un registre, un cartulaire ou un inventaire, on sait où se tourner.

Et pourtant, ce classement typologique n’a pas été jusqu’au bout de sa logique. On retrouve ainsi quelques singularités, comme la présence du « cartulaire » (c’est en fait un inventaire) de la léproserie de Saint-Ladre de 1478 dans les cartons du fonds ancien, alors que sa minute est dans le fonds hospitalier. La grosse ayant sans doute été conservée dans papiers hôtel de ville, elle y a gardé sa place, et la minute devait être confiée aux fonds hospitaliers, qui la conservent encore. L’état actuel du dépôt perpétue donc la répartition médiévale des recueils. Plus tard, dans leur quête de valorisation des titres municipaux et de l’héritage juridique du Moyen Age, les archivistes romantiques ont mis en valeur les cartulaires et les inventaires, catalogues de titres synonymes de l’émancipation des bourgeois, en dressant une série d’inventaires et de cartulaires qui ouvre encore l’inventaire actuel des archives municipales (dont un inventaire de 1486). Mais cette promotion n’a pas cherché à bouleverser les acquis du classement de 1787. Ainsi, l’inventaire de Saint-Ladre déjà mentionné, qui est le plus vieil inventaire d’archives conservé dans le dépôt rémois, n’est aujourd’hui toujours indiqué nulle part explicitement… C’est à l’occasion d’une recherche dans un carton que ce recueil fut redécouvert. Le bon côté de cet « égarement », c’est la découverte inattendue d’un inventaire que l’on croyait disparu et qui vous rentabilise instantanément votre après-midi de dépouillement. Par contre, la difficulté est de savoir ce qu’il reste des recueils d’archives entre les XIIIe et XVIe siècles, sauf à dépouiller l’ensemble des cartons… La discrimination entre les inventaires prouve bien qu’aux yeux de Lemoine (et de ses héritiers), il y avait des titres plus honorables que d’autres, pouvant faire croire qu’il y avait des inventaires majeurs et d’autres secondaires, ce que dément notamment l’analyse codicologique et paléographique, ainsi qu’une contextualisation serrée. Ainsi, de par cet héritage archivistique particulier, l’identification des compilations d’archives était à la fois facilitée et compliquée.

L’étude des cotations semblait possible et prometteuse, grâce à une belle série de registres (registres de plaids, de comptes, d’entrée et sortie, de conclusions, etc.), qui a fait l’objet de nombreuses transformations, visant à conserver et d’unifier ce corpus massif. Or, en reliant les recueils avec des couvertures en cartons, les archivistes ont jeté presque toutes les couvertures d’époque, sur lesquelles étaient inscrits les intitulations et les cotations éventuelles. Les plus anciennes couvertures ont été conservées, pour les registres de conclusions de l’échevinage par exemple (dont la série débute en 1473), sans doute grâce à leur valeur primordiale. Certaines ont été découpées et l’on n’en a gardé que le titre, soigneusement collé sur une couverture d’époque contemporaine. Ensuite, ces recueils sont totalement factices et regroupent arbitrairement des années qui ne devaient pas être réunies à l’époque médiévale ou moderne, effaçant ainsi toute compréhension des unités matérielles telles qu’elles pouvaient exister (les inventaires modernes permettent de compenser partiellement ce problème). Enfin, certaines anomalies (assez drôles, finalement) se repèrent de temps à autres : des cahiers des années 1470 perdus dans un registre des années 1570 (travail trop hâtif et relieur peu attentif aux différences paléographiques ?) ; certains cahiers reliés à l’envers (preuve par contre qu’ils étaient indépendants et non reliés avant la compilation du XIXe siècle). Toutes ces manipulations conservatrices, gouvernée par des logiques propres à une époque, ont également effacé la part médiévale de la documentation, en créant une collection la plus éternelle possible, mais partant aussi un peu atemporelle. La matérialité  originelle des registres est en partie effacée effacée, la part médiévale réduite au texte. C’est la conséquence paradoxale de l’intérêt porté à une série de registres que l’on a voulu monumentaliser, et qui sont désormais à la fois des monuments et des épaves. Toutefois, à toute chose, malheur est bon : puisque les inventaires de la maladrerie n’ont pas été réintégrés dans la liste inaugurale des catalogues de titres au XIXe siècle, leurs reliures d’origine ont été épargnées…

Singulier, le fonds ancien des AM de Reims est le fruit de strates de construction qui dessinent une trajectoire encore hors de la norme archivistique, mais qui révèle à sa façon un autre aspect de l’histoire locale, une histoire des objets. L’héritage conditionne la la recherche dans le dépôt, les problématiques qui en découlent et les limites propres à la connaissance de cette histoire locale. Archives, monuments et épaves ; monuments d’archives parce qu’épaves. La part d’oubli devenant ainsi une part de l’histoire rémoise, qui s’écrit en réalité avec des archives médiévales du XIXe siècle.

Comment en vient-on aux archives ? D’un sujet l’autre

Lorsque je dois expliquer quel est mon sujet de thèse, c’est toujours un grand moment… délicat. « Et tu travailles sur quoi, sinon ? » : invariablement, j’ai l’impression d’un déjà-vu :

Même passage du regard valorisant au silence consterné de celui qui semble regretter d’avoir posé la question, même regard circonspect, même moment de solitude… Dur d’expliquer cela en 180 secondes.

Comment en vient-on alors à faire des archives, en elles-mêmes, un sujet de thèse ? Par hasard. Lors du premier rendez-vous avec mon DR au début des années 2000, après un cours passionnant sur la guerre de Cent Ans et la construction de l’Etat, j’étais très attiré par l’histoire de la justice et du crime : Claude Gauvard était passée par là et j’avais moi-même suivi les cours de sa première disciple. Tombe cependant une contre-proposition inattendue : travailler sur l’inventaire d’archives d’un inconnu nommé Jean Foulquart, dont les mémoires allaient bientôt faire l’objet d’une redécouverte[1]. J’avais (vraiment) le choix. Des registres de justice avaient déjà fait l’objet de plusieurs mémoires de maîtrise, mais il en restait beaucoup d’autres qui attendaient le même sort. J’optais donc pour l’inconnu.

Le sujet est aride. Si les « écritures grises », cartulaires et archives ont aujourd’hui le vent en poupe, ce n’était pas le cas en 2003-2004. La documentation était étrange : aride, technique, sans opinion ni discours apparent. Un texte parlant d’autres textes. Le genre de sujet qui vous fait découvrir la diplomatique, la paléographie et la codicologie, pour ausculter la source, découverte dans sa matérialité : le texte ET l’objet. Une archéologie documentaire[2].

Puis, au fil des mois, le sujet révèle toute sa saveur. Au fil des articles, on découvre la face sociale et culturelle des archives et de l’archivistique, la fabrique de la mémoire. Les sources éclairent quant à elles le contexte de crise politique très violente qui a lieu à Reims à la fin du XVe siècle. L’inventaire laisse entrevoir le savoir-faire d’un notaire pris entre impératifs juridiques et enjeux mémoriels. Fruit de la technicité d’un notaire rompu au droit, le recueil révèle la puissance mémorielle d’un dépôt, le poids des conflits dans la construction d’une identité institutionnelle, le rôle de la guerre civile dans l’image de la bonne ville, les luttes procédurales pour élargir sa juridiction. Ces enjeux passionnants m’ont inoculé le virus.

Les débuts du métier d’enseignant étant ce qu’ils sont, le master II n’a été réalisé que plusieurs années après. A cette époque, l’historiographie s’était déjà bien étoffée. Mais l’étude des recueils d’archives urbaines restaient encore dans l’ombre[3] – fondue dans des études plus larges. L’idée était de continuer à étudier ces recueils, cartulaires ou inventaires, en tant que « registres secondaires ». Les fonds rémois, riches mais encore très largement sous-exploités pour la période médiévale et moderne, contiennent notamment une série de cartulaires et d’inventaires intéressante, même si elle n’est que l’écume de ce qui a existé, même si l’appellation est  parfois abusive et même s’il faut la déconstruire.

Au fil des recherches, je me dis que ces recueils ne sont que la face immergée de l’iceberg, l’affleurement d’une réalité bien plus grande et plus difficile à saisir. Le sujet est alors réorienté vers l’étude des archives sous tous leurs aspects, englobant l’étude des compilations, comme la face cachée d’une histoire visible, une histoire « dans l’ombre »[4]. Le corpus de sources s’est élargi par la même occasion, faisant passer ma recherche du détricotage de registres à la traque de mention comptables. De l’inventaire aux archives, des archives à l’inventaire, on navigue entre l’ordinaire et l’extraordinaire, le papier et la mémoire, le droit et la plume. Ce voyage en solitaire autour d’un dépôt d’archives produit forcément de l’isolement aux yeux des autres. C’est aussi la saveur d’une aventure personnelle, née d’une rencontre fortuite avec un sujet improbable mais passionnant.

 

 

 

 

 

 

[1] COLLARD (F.). « Les « mémoires » de Jehan Foulquart, histoire d’un texte insaisissable », dans Revue d’histoire des textes, Paris : IRHT, 2007, p. 251-285

[2] CHASTANG (P.), « L’archéologie du texte médiéval. Autour de travaux récents sur l’écrit au Moyen Âge », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2/2008 (63e année), p. 245-269.

[3] Depuis, une étude pionnière sur l’écrit urbain a été écrite : CHASTANG (P.), La ville, le gouvernement et l’écrit à Montpellier (XIIe-XIVe siècle). Essai d’histoire sociale, Paris : Publications de la Sorbonne, 2013.

[4] Cette expression fait référence à l’article d’O. Guoytjeannin, « La tradition de l’ombre : les actes sous le regard des archivistes médiévaux (Saint-Denis, XIIe-XVe siècles) », dans Charters, cartularies and archives : the preservation and transmission of documents in the medieval West, proceedings of a colloquium of the Commission internationale de diplomatique (Princeton and New York, 16-18 september 1999), ed. by Adam J. Kosto and Anders Winroth, Toronto, 2002 (Papers in mediaeval studies, 17), p. 81-112.

 

Archives, gouvernement et mémoire à Reims entre le Moyen Âge et l'époque moderne