De la contrainte au choix : l’inspection des archives par le pouvoir royal

En étudiant le trésor des chartes royal, Yann Potin a démontré combien les archives sont en tension entre le secret et la révélation. Dans le cas des archives de l’échevinage de Reims, en un sens, la révélation des archives est toujours contrainte puisqu’il faut les produire en justice pour défendre les droits. Le prix à payer du privilège, c’est l’exhibition du titre avec tout ce que cela comporte de contraintes et de risque. Pourtant, entre les années 1380 et la fin des années 1420 se dégage une période très intéressante durant laquelle le roi ou ses agents viennent inspecter les archives dans la ville même.

La première inspection d’archives a lieu en 1383. A cette date, les échevins sont un peu dans leurs petits souliers puisqu’ils ont été meneurs dans la révolte antifiscale de l’année précédente. Le jeune roi Charles VI a envoyé deux commissaires-réformateurs châtier plusieurs cités qui s’étaient insurgées. Muni d’un ordre royal, les commissaires entrent dans la ville en juin. Ils punissent, taxent et exigent de voir les archives de l’échevinage. La cérémonie est officielle et rassemble les échevins et les autres officiers de l’archevêque (car les échevins prêtent aussi serment au seigneur à leur entrée en charge – Reims n’a pas eu de commune ni de gouvernement municipal véritablement autonome). Les chartes sont aux mains des agents royaux, qui ont pouvoir de supprimer les privilèges ( comme cela a été fait à Paris ou Rouen), ils lisent à voix haute les actes, arbitrent un conflit spontané entre les officiers et rendent “saines et entières” les chartes. L’ouverture, la remise, la lecture et la restitution des chartes sont autant d’actes manifestant l’obéissance au pouvoir royal. Pas de secret ni de lieu inaccessible pour le prince et ses agents ! Cet épisode s’inscrit dans un contexte de développement de l’idéologie royale et de la puissance souveraine sur ses sujets. La fabrique de la souveraineté et de la sujétion passe par des canaux très concrets.

La seconde inspection a lieu en 1429. Sauf que celle-ci a lieu à l’initiative des échevins eux-mêmes ! Les échevins font aménager un chartrier et intègre la visite des archives dans le rituel de l’entrée royale préalable au sacre. Il s’agit de montrer la bonne conservation tout en la théâtralisant, les archives étant enfermées dans une cave sous la loge où les échevins délibèrent. De cette visite, on ne sait rien. Existait-il une mémoire (“traumatique” ?) de la visite des commissaires un demi siècle plus tôt ? C’est possible. Ce qui est intéressant, c’est que la monstration des archives fait sens : parmi les actes d’allégeance et de soumission au prince, le dévoilement des archives fait dorénavant partie du code politique. Ont-ils alors anticipé une possible exigence royale ? Le roi prévoyait-il d’effectuer ce contrôle ? Avait-il les moyens de le faire, sa priorité étant surtout de négocier le ralliement de la cité félonne ? Les échevins ont en tout cas intériorisé ce rituel politique et la signification symbolique du geste.

Ce double moment politique est particulièrement intéressant. Le dévoilement des archives est lié à la restauration du pouvoir royal, il est un outil d’affirmation du pouvoir sortant de crise. On pourrait presque dire que l’inspection des archives est une forme très concrète d’affirmation – ou de réaffirmation – du pouvoir royal sur les communautés. Ainsi, la sujétion des habitants utilise aussi le cadre communautaire pour se manifester. En même temps, le sens de cette ouverture du trésor se renverse entre deux règnes. De la contrainte au consentement, cette évolution interroge la figure matérielle et symbolique du trésor – et en miroir la souveraineté royale : où est le trésor quand le prince – ou ses agents – peuvent entrer dans le dépôt ? A qui s’adresse cette représentation ? La figure parle sans doute plus aux intéressés eux-mêmes. Rien n’est inaccessible au roi, les échevins l’ont parfaitement compris. La visite des archives est la leçon de souveraineté donnée aux échevins, qui ont fini par l’intérioriser.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.