PRÉHISTOIRE des « archives ». nommer ce que l’on conserve (reims, xive-xviie s.)

Le terme d’archives est bien établi dans le vocabulaire de la conservation et de l’historiographie. Pourtant, dans les sources rémoises, il apparaît bien tardivement : sa première attestation dans les sources municipales ne date que du XVIIe siècle. La dénomination de l’écrit et des « livres municipaux » est un champ d’étude assez neuf1. Contrairement au champ judiciaire ou législatif, le vocabulaire de l’écrit présente une grande plasticité car chaque autorité constituant son corpus d’écriture peut fixer son vocabulaire, selon des logiques qui parfois nous échappent. Les mots utilisés offrent pourtant un éclairage sur le rôle du vocabulaire dans la manière de se représenter les écrits conservés, d’un point de vue technique et symbolique.

Au XIVe siècle, alors que les échevins de Reims se targuent lors de leurs procès en Parlement de posséder une arca, symbole de leur compétence municipale et assimilant la ville à une commune, ils désignent leurs « archives » comme des lettres, titres et papiers (l’ordre des mots étant interchangeable). Le triptyque est à la fois fonctionnel (il dresse une typologie documentaire) et hiérarchisant (les titres valent plus que les papiers). Ce vocabulaire perdure jusqu’au XVIIe siècle, même s’il se précise davantage avec l’apparition du terme de « muniemens », qui forment la paperasse dont la valeur est moindre que celle des « papiers ». Cette déclinaison répond au développement d’une bureaucratie municipale qui fait se multiplier les écritures, qu’il faut bien hiérarchiser. D’ailleurs, au XVIIe siècle, quand Gérard Quatresolz réalisé un inventaire des « archives » de la ville, l’étape préalable à son travail est, dit-il, de trier les titres des papiers inutiles, qui restent donc mélangés aux documents de valeur. Mais les échevins ont conscience d’une inutilité de certains documents, pourtant conservés : s’agit-il alors d’une inutilité à être conservés ou à être inventoriés ? Le vocabulaire désignant les « archives » discrimine les écrits mais n’entraîne pas leur destruction. On garde les écrits inutiles et c’est l’intervention d’un archiviste qui vient expliciter cette inutilité. L’inventaire devient alors plus un écran qu’un miroir du dépôt documentaire, pensé comme un ensemble hétérogène d’écrits à la valeur inégale dont certains peuvent être négligés.

A la toute fin du XVe siècle, la diffusion du terme de « chartes » et ses déclinaisons marque un moment singulier dans l’histoire des archives. Quand Foulquart entreprend l’inventaire des « archives », il parle systématiquement de chartes. Le dépôt où elles sont déménagés est appelé « chartrier », alors que les inventaires sont pour la plupart dénommés « cartulaires » (comme les anciens « livres » déjà produits depuis le XIVe siècle), autrement dit, des livres à chartes. Les chartes/cartulaire/chartrier naissent peut-être aussi d’une mode linguistique, puisant au latin carta/cartae, Foulquart, procureur de l’échevinage et appréciant la littérature antique, laisse peut-être s’exprimer ses penchants humanistes. Quoi qu’il en soit, il y a une homogénéisation du vocabulaire qui vient forger un imaginaire prestigieux des archives, au moment où elles sont placées en sécurité pour éviter les saisies du seigneur-archevêque. Le vocabulaire magnifie des archives fugitives.

A peu près à la même époque, Troyes se dote d’un « trésor des chartes ». La notion de trésor n’arrive pas à Reims, alors que la cité est liée à Troyes et à Paris, où les dépôts d’archives sont des trésors (municipaux ou royaux). Pourtant, le champ sémantique de la « charte » véhicule à n’en pas douter un imaginaire du trésor et participe d’une sacralisation des chartes, jusqu’à la fin du XVIe siècle, quand le « chartrier », rapatrié, devient « cartulaire » de l’hôtel de ville – et ce jusqu’au XIXe siècle. Un long Moyen Age archivistique.

C’est au XVIIe siècle que les écrits conservés sont dénommés « archives » dans les sources municipales, le vocabulaire devient donc plus technique. Peu après, dans les années 1620, dans une requête adressée aux juges royaux, les archives sont  désignées comme « trésor des chartes ». Comme au XIVe siècle, la mise en scène de l’écrit se fait essentiellement dans la sphère judiciaire. A cette époque, la ville est en procès pour se débarrasser d’un gouverneur particulier, tandis que l’échevinage est en procès contre l’archevêque. Le procureur de l’échevinage, Nicolas Bergier, est alors en lien avec Roger Dupuy qui réalise l’inventaire du trésor des chartes royal, que les Rémois imitent donc. Remportant tous leurs procès, les Rémois évoquent fièrement leur trésor des chartes, en même temps qu’ils célèbrent leur cité en faisant réaliser un portrait de la cité exposé dans l’hôtel de ville.

La dénomination des « archives » a donc des enjeux pratiques et symboliques. Le vocabulaire est extrêmement plastique et opportuniste, en fonction des milieux sociaux et politique dans lesquels il est utilisé. Cet observatoire sémantique confirme, si besoin était, que la conservation de l’écrit est bien le lieu d’une contrainte et d’une idéalisation institutionnelles et politiques.

  1. Des journées d’étude se sont tenues en 2019 à Strasbourg sur la question de la dénomination des livres municipaux, que ce billet reprend en partie et en essayant de prolonger la réflexion. Cf. Enquête sur la dénomination des livres municipaux (France du Nord et du Midi, Rhin supérieur, XIIe-XVIe siècles), février 2019 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.