La souvenance de thèse

Ma soutenance de thèse a eu lieu il y a un an, jour pour jour. Ce qui a longtemps été un projet est devenue un pan de mémoire. C’est le moment d’un retour sur cet événement. J’avais hésité à faire un billet à chaud, l’an dernier, mais le recul a d’indéniables vertus.

Avec le recul, la soutenance est à la fois un moment très intense, positif, mais aussi ambigu, non pas clos sur lui-même mais ouvert, une perspective qui, une fois dépassée, débouche vers des inconnues. Sa place dans le temps de la vie est inversement proportionnelle à son importance symbolique et universitaire : c’est un événement, mais qui passe très vite. Intense mais furtif, la soutenance débute à 2h du matin le jour J, quand vous ne dormez plus, et s’achève la nuit suivante, vers 6h du matin, quand vous commencez à enfin vous endormir. Une décharge nerveuse et intellectuelle, puis son onde de choc, le tout rapidement dévoré par le quotidien qui reprend ses droits.

La soutenance est un moment fonctionnel plus que solennel. Il faut anticiper tout un ensemble de choses pratiques, avec le soutien de l’entourage, mais aussi préparer l’exposé. Dans les aspects pratiques, ce sont les choix vestimentaires qui marquent la solennité de la cérémonie.

Le moment de la soutenance devient rapidement une épreuve physique. C’est très fatigant, surtout après quelques années marquées par un grand déficit de sommeil pour rédiger le mémoire. La soutenance, c’est aussi un moment de vie, où se cristallise une formation, des formateurs/formatrices, un campus, un parcours.

On passe plus de temps à écouter qu’à parler, la soutenance est aussi un moment d’apprentissage et de “co-construction” d’un premier travail de réflexion sur l’œuvre achevée, le début d’un remodelage. Comme artisan, on passe devant les maîtres pour faire évaluer le chef-d’œuvre et apprendre. Toujours. En tant que discussion scientifique officielle et ritualisée, c’est en fait le véritable moment où, encore la tête dans le guidon, on commence enfin à vraiment la relever, pour, avec et grâce au jury, comprendre ce que l’on vient de faire, d’apporter, de manquer. Et c’est vraiment enthousiasmant.

Ainsi, le jeu de la critique est à la fois frustrant et stimulant puisqu’il ouvre des pistes, avec le danger de vouloir mener de nouvelles recherches avant de publier, donc d’aller trop loin : la recherche est un chemin, mais il faut accepter de délester son sac à certains points de passage pour poursuivre le chemin en quête de nouvelles moissons. La soutenance est aussi ce moment où l’on vous dit “stop”, c’était bien, et “encore”, il faut approfondir, continuer, publier, chercher, postuler. Un peu comme le baccalauréat : une fois obtenu, on a gagné le droit travailler plus.

Rapidement après, il m’est apparu que la soutenance est en fait le seul colloque organisé avec des spécialistes, rien que pour soi et sur son propre sujet. Ces modalités sont très valorisantes et très sécurisantes, a fortiori quand tout se passe bien. Avec le recul, c’était sans doute l’oral le plus facile de la carrière. Ce qui était drôle, c’est que de mon côté, ce rituel était une épreuve à dépasser, alors qu’une auditrice m’a dit que l’examen lui était apparu comme un véritable échange entre pairs. Mais on est pair sans être encore pair, c’est un peu ambigu. Et en même temps, la bienveillance est un point réel et important de ce moment, d’autant plus appréciable que l’échange se faisait en réalité entre membres de la même classe d’âge, ce qui a été un élément de confort privilégié pour moi.

L’expression de rituel de passage me paraît alors pleinement justifiée pour la soutenance : on arrive comme un étudiant, un novice, un apprenti (ce qu’on reste longtemps, finalement, tant face aux autres qu’aux sources). On échange comme un spécialiste du sujet, l’institution vous accueille dans ses locaux et sa temporalité. On ressort “titrisé”. C’est un rituel performatif, mais performatif de quoi, au fond ?

Évidemment, pour qui se lance dans la course au recrutement au sein de l’ESR, le rejeu de cette posture est très déstabilisante puisqu’elle renvoie, la plupart du temps, dans les cordes le-la promu(e) devenu(e) candidat(e), jusqu’à l’obtention (de plus en plus hypothétique) du poste-graal. Le temps du défi personnel devient celui de la concurrence. Et c’est là où l’enjeu est bien de dissocier l’aboutissement personnel de l’ “aboutissement” professionnel (ou plutôt le projet professionnel, car on peut tout à fait être un docteur abouti ailleurs que dans l’ESR). J’observe depuis quelques décennies maintenant beaucoup d’aigreur chez mes pairs, preuve que la thèse n’est pas souvent une fin en soi. Et de fait, la thèse ne se suffit pas totalement pour créer un scientifique, lorsqu’il reste dans le hors-champ institutionnel. La vie scientifique est une vie communautaire et la situation actuelle exclue certes des scientifiques, complique la vie scientifique des docteur(e)s travaillant hors-ESR, mais surtout elle réduit et appauvrit la vie des idées, qui est aussi une des sources de la vitalité d’une démocratie. La vie de la recherche dépend de la place qu’il est possible de consacrer à la recherche dans la vie. C’est autant un choix personnel qu’un choix de société.

Du reste, si la soutenance s’adresse au champ scientifique, à l’expertise, la vulgarisation ne fera jamais l’objet d’une soutenance puisqu’elle relève davantage de l’acte de transmission/consommation que de l’acte de confrontation/évaluation. Mais soutenir une thèse, c’est aussi, après la reconnaissance scientifique, lui donner une existence publique. La soutenance consacre le chercheur, mais l’après-soutenance doit être la consécration de la recherche en elle-même, sous peine de s’évanouir et, finalement, de n’avoir servi à rien. Dans le champ académique ou dans l’espace public, la soutenance de thèse ne s’arrête véritablement jamais.



Citer ce billet
Emmanuel Melin (2023, 29 octobre). La souvenance de thèse. Archirém. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/beg3

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.