Les archives, ou ce qu’il en reste. Face au dépôt.

Le dépôt des archives municipales de Reims réserve quelques surprises archivistiques. La traque des cotes et mentions dorsales sur les documents m’a conduit à fouiller dans un dépôt assez particulier et à m’intéresser aux conditions de transmission des fonds tels qu’ils existent aujourd’hui. Comme une mise en abyme de ma propre recherche.

Le classement du dépôt est sa première singularité. Aucun classement alphabétique comme on pourrait s’y attendre, mais un découpage binaire entre registres et cartons, pour le fonds ancien comme pour le fonds hospitalier : cette bizarrerie est due à une fossilisation datant de l’époque de la Restauration. Auguste Louis Paris, dans un rapport de 1832 fait au conseil de ville (trouvable sur google), déclare vouloir revenir au classement de 1787 effectué par Pierre-Camille Lemoine, pour restaurer l’Ancien Régime archivistique. Les multiples tentatives de remaniement de l’époque révolutionnaire n’avaient pas véritablement abouti à une refondation durable, mais ces transformations furent sans doute suffisamment significatives pour susciter le désir nostalgique de retour à l’ordre ancien. La restauration a donc bien eu lieu… et les archives municipales vivent toujours sous ce régime, puisqu’aucun changement n’y fut apporté depuis. Les archivistes suivants ont travaillé le fonds, mais sans jamais remettre en cause ce tri documentaire. A priori, lorsque l’on cherche un registre, un cartulaire ou un inventaire, on sait où se tourner.

Et pourtant, ce classement typologique n’a pas été jusqu’au bout de sa logique. On retrouve ainsi quelques singularités, comme la présence du “cartulaire” (c’est en fait un inventaire) de la léproserie de Saint-Ladre de 1478 dans les cartons du fonds ancien, alors que sa minute est dans le fonds hospitalier. La grosse ayant sans doute été conservée dans papiers hôtel de ville, elle y a gardé sa place, et la minute devait être confiée aux fonds hospitaliers, qui la conservent encore. L’état actuel du dépôt perpétue donc la répartition médiévale des recueils. Plus tard, dans leur quête de valorisation des titres municipaux et de l’héritage juridique du Moyen Age, les archivistes romantiques ont mis en valeur les cartulaires et les inventaires, catalogues de titres synonymes de l’émancipation des bourgeois, en dressant une série d’inventaires et de cartulaires qui ouvre encore l’inventaire actuel des archives municipales (dont un inventaire de 1486). Mais cette promotion n’a pas cherché à bouleverser les acquis du classement de 1787. Ainsi, l’inventaire de Saint-Ladre déjà mentionné, qui est le plus vieil inventaire d’archives conservé dans le dépôt rémois, n’est aujourd’hui toujours indiqué nulle part explicitement… C’est à l’occasion d’une recherche dans un carton que ce recueil fut redécouvert. Le bon côté de cet “égarement”, c’est la découverte inattendue d’un inventaire que l’on croyait disparu et qui vous rentabilise instantanément votre après-midi de dépouillement. Par contre, la difficulté est de savoir ce qu’il reste des recueils d’archives entre les XIIIe et XVIe siècles, sauf à dépouiller l’ensemble des cartons… La discrimination entre les inventaires prouve bien qu’aux yeux de Lemoine (et de ses héritiers), il y avait des titres plus honorables que d’autres, pouvant faire croire qu’il y avait des inventaires majeurs et d’autres secondaires, ce que dément notamment l’analyse codicologique et paléographique, ainsi qu’une contextualisation serrée. Ainsi, de par cet héritage archivistique particulier, l’identification des compilations d’archives était à la fois facilitée et compliquée.

L’étude des cotations semblait possible et prometteuse, grâce à une belle série de registres (registres de plaids, de comptes, d’entrée et sortie, de conclusions, etc.), qui a fait l’objet de nombreuses transformations, visant à conserver et d’unifier ce corpus massif. Or, en reliant les recueils avec des couvertures en cartons, les archivistes ont jeté presque toutes les couvertures d’époque, sur lesquelles étaient inscrits les intitulations et les cotations éventuelles. Les plus anciennes couvertures ont été conservées, pour les registres de conclusions de l’échevinage par exemple (dont la série débute en 1473), sans doute grâce à leur valeur primordiale. Certaines ont été découpées et l’on n’en a gardé que le titre, soigneusement collé sur une couverture d’époque contemporaine. Ensuite, ces recueils sont totalement factices et regroupent arbitrairement des années qui ne devaient pas être réunies à l’époque médiévale ou moderne, effaçant ainsi toute compréhension des unités matérielles telles qu’elles pouvaient exister (les inventaires modernes permettent de compenser partiellement ce problème). Enfin, certaines anomalies (assez drôles, finalement) se repèrent de temps à autres : des cahiers des années 1470 perdus dans un registre des années 1570 (travail trop hâtif et relieur peu attentif aux différences paléographiques ?) ; certains cahiers reliés à l’envers (preuve par contre qu’ils étaient indépendants et non reliés avant la compilation du XIXe siècle). Toutes ces manipulations conservatrices, gouvernée par des logiques propres à une époque, ont également effacé la part médiévale de la documentation, en créant une collection la plus éternelle possible, mais partant aussi un peu atemporelle. La matérialité  originelle des registres est en partie effacée effacée, la part médiévale réduite au texte. C’est la conséquence paradoxale de l’intérêt porté à une série de registres que l’on a voulu monumentaliser, et qui sont désormais à la fois des monuments et des épaves. Toutefois, à toute chose, malheur est bon : puisque les inventaires de la maladrerie n’ont pas été réintégrés dans la liste inaugurale des catalogues de titres au XIXe siècle, leurs reliures d’origine ont été épargnées…

Singulier, le fonds ancien des AM de Reims est le fruit de strates de construction qui dessinent une trajectoire encore hors de la norme archivistique, mais qui révèle à sa façon un autre aspect de l’histoire locale, une histoire des objets. L’héritage conditionne la la recherche dans le dépôt, les problématiques qui en découlent et les limites propres à la connaissance de cette histoire locale. Archives, monuments et épaves ; monuments d’archives parce qu’épaves. La part d’oubli devenant ainsi une part de l’histoire rémoise, qui s’écrit en réalité avec des archives médiévales du XIXe siècle.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.