L’invention des cartulaires

Dans un précédent billet, j’évoquais cette belle série de huit registres qui ouvre l’inventaire des AM de Reims et qui laisse rêveur tous ceux qui s’intéressent à l’histoire de l’écrit et qui m’a incité à approfondir cette question de la transmission des sources. La présence de cette liste de registres en en-tête de l’inventaire actuel veut signaler leur singularité et leur importance dans le patrimoine documentaire. Cette situation relève cependant d’un héritage archivistique.

La série des recueils se divise en deux parties, l’une d’inventaires d’archives (5), l’autre de cartulaires (3). Ces derniers couvrent une période allant du XIIIe au XVIe siècle (R6, le Livre Rouge ou “Cartulaire A” ; R7, Le Livre Blanc ou “Cartulaire B” ; R8, “Cartulaire D” ; le “cartulaire C” ayant “précocement” disparu – avant le XIXe siècle). Le contenu renfermé par ces ouvrages ne correspond pas à la définition scientifique du cartulaire. En fait, seul le Livre Blanc lui correspond. On trouve à côté de ce recueil, une compilation très hétéroclite de décisions et un recueil axé sur une affaire juridictionnelle, bref un ensemble hétéroclite de documents qui ont en commun de contenir des copies d’actes, souvent parallèlement à d’autres informations ou décisions (dans le cas du Livre Rouge, il n’y a que trois copies d’actes sur 226 pages…). Souvent, ces recueils n’ont de cartulaire que le nom.

Or, cette qualification ne correspond pas non plus à l’intitulation des scribes médiévaux ou modernes. Le Livre Blanc, ainsi nommé, est assimilé au cartulaire. En dehors, on relève un “recueil ou registre” voire aucune intitulation dans le cas du Livre Rouge. Sa réalisation semble être le fruit d’une cartularisation tardive et singulière. Si la plasticité du vocabulaire de l’écrit est indéniable et n’empêche pas nécessairement qu’un recueil non nommé cartulaire en soit un, force est de constater que, compte tenu du contenu et de l’agencement interne, ces recueils n’ont pas pour projet d’être des cartulaires. Deux de ces recueils, le Livre Rouge et le Livre Blanc, pourraient tenir leurs noms de l’époque médiévale, même si dans le cas du Livre Rouge, elle relève peut-être d’une confusion avec un recueil aujourd’hui disparu. La série était belle, la continuité plaidait pour l’unité de genre et d’étude : on se retrouve face à un archipel documentaire sans cohérence entre ses composantes. Des recueils à étudier pour eux-mêmes, des projets documentaires différents.

La raison de cette illusion documentaire est à chercher dans les travaux archivistiques opérés dans le second quart du XIXe siècle. A cette époque, M. Hivert (un véritable fantôme archivistique) puis son disciple, le célèbre archiviste P. Varin, ont inventé les cartulaires. C’est surtout ce dernier qui a sérié les recueils par une cotation alphabétique encore employée (jusque dans le recueil de Henri Stein et les bases de données de l’IRHT), dans un esprit de canonisation des recueils de titres (ou de ce qui y ressemblait de loin…). Ces cartulaires parlent aussi du XIXe siècle et de la mémoire médiévaliste qui s’y projette toujours.

La déconstruction de la série des cartulaires n’est pas un facteur disqualifiant. Partie intégrante de l’étude permettant d’approcher davantage la réalité médiévale, elle appelle au contraire à recontextualiser chacune de ces compilations pour en saisir la signification ; à réfléchir sur la diversité des compilations écrites pouvant être envisagés par les gouvernants à cette époque ; à revisiter l’intentionnalité des auteurs et les évolutions des usages archivistiques. Le rêve documentaire des archivistes romantiques laisse place à une complexité et une diversité nouvelles des pratiques scripturaires et des usages d’archives.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.