Reims, une ville peu commune. L’imaginaire communal des échevins au Moyen Age.

Au Moyen Age, la ville des sacres tient son prestige de sa place dans la religion monarchique.  Ce lien unique est un élément fort d’identité et de fierté, que les élus réaffirment à l’envi dans leurs plaidoiries ou suppliques au roi, et que celui-ci rappelle toujours opportunément dans sa propre correspondance avec sa bonne ville. Cette singularité, presque étouffante, fait oublier un échec politique structurant dans le champ institutionnel et mémoriel, qui a pourtant tout autant marqué les mémoires des échevins rémois.

Reims n’a pas échappé au mouvement communal des XIe-XIIe siècle., mais il est soldé ici par un échec. Le roi, appuyant la ferme opposition des seigneurs ecclésiastiques de Reims face aux échevins, supprime la brève commune rémoise en 1139. Reims n’aura pas de commune. Les tensions persistent néanmoins dans la seconde moitié du XIIe siècle, et il faut attendre Guillaume-aux-Blanches-Mains pour voir s’apaiser la situation. En accordant une charte de franchise, la Willelmine, en 1182, l’archevêque cède en partie aux revendications bourgeoises. Il accorde en effet aux bourgeois le droit d’élire annuellement douze échevins qui les jugeront, hors cas de haute justice et de flagrant délit. Outre cette réserve logique qui préserve les prérogatives seigneuriales, ces échevins prêtent serment à leur entrée en charge à l’archevêque (ou son bailli) qui valide (ou pas) l’élection : ils restent, en droit, des officiers seigneuriaux. Le texte recèle malgré tout une certaine ambiguïté, que les échevins (et le roi) ne manqueront pas d’utiliser pour s’imposer face au pouvoir seigneurial et étendre progressivement leurs domaines de compétences à la gestion de la voirie, des finances, du sacre ou de la défense militaire, devenant ainsi de véritables administrateurs de la cité.

Le ver était dans le fruit. Car les bourgeois n’ont pas cessé de réclamer des pouvoirs de nature communale jusque dans les années 1250. Plusieurs graves conflits ont mis aux prises les bourgeois et l’archevêque, ceux-ci réclamant le droit d’user de leur sceau, de faire des bans avec le seigneur, de prélever la taille sans autorisation, de garder les clefs de la ville… Le climat de tension finit par être apaisé par le roi, qui intervint à plusieurs reprises pour imposer son arbitrage.

Les crises de nature communale ont laissé place aux litiges juridiques. La Willelmine a fait l’objet, jusqu’au XVIe siècle, de querelles d’interprétation récurrentes. D’abord au plan de la procédure judiciaire et des privilèges des bourgeois : la charte est régulièrement invoquée et interprétée pour dénoncer les abus judiciaires du seigneur et faire valoir le droit de récréance, la possibilité pour les échevins de juger telle ou telle affaire, le privilège de ne plaider qu’en Parlement, etc. Par-delà des litiges juridiques qui se retrouvent dans d’autres cités, les échevins développent à partir du texte fondateur une mythographie tenace sur leurs origines immémoriales. La Willelmine ne serait selon eux qu’une restitution des scabini carolingiens, qui auraient préexistés à la naissance du duché-pairie de l’archevêque. Au milieu du XVIe siècle encore, les échevins défendent cette historiographie en Parlement pour défendre la survie de leur juridiction. Officiers antérieurs à la seigneurie, les échevins affirment leur consubstantialité à la cité, qui fondent leur légitimité politique et une certaine forme de préséance vis-à-vis de l’archevêque. Bien sûr, ils ne vont jamais jusqu’à remettre en cause l’autorité épiscopale, mais cet imaginaire permet de comprendre qu’ils se pensent en co-gouvernants de la cité. Et la justice monarchique de donner, en 1563, raison aux magistrats !

Outre les querelles ordinaires et une rhétorique sans conséquence, les échevins vont progressivement conquérir des attributs de pouvoir les confirmant dans leur imaginaire communal. En étant dépourvus à l’origine, ils acquièrent un sceau (attesté dans les années 1230), attributif de juridiction propre, contesté par les seigneurs ecclésiastiques de la ville, mais finalement reconnu par le Parlement en 1280.  Au cours du XIVe siècle,  dans leurs plaidoiries, les échevins revendiquent la possession d’une arche où sont rangées les archives, preuve de leur caractère symbolique – presque performatif, finalement – dans la construction d’une identité institutionnelle. Multipliant l’écriture de registres de comptes dès le XIVe siècle, les élus y déploient une rhétorique singulière, attestant des représentations que les échevins se font d’eux-mêmes. Les comptes du greffe sont ainsi rendus par le « corps de l’échevinage » gouvernant le « ban de l’échevinage » ! Autant de concept seigneuriaux forts, mais relevant de la pure fiction. L’enjeu est nul pour ces sources internes sans valeurs juridiques, mais les prétentions sont, une fois encore, claires.

La dernière attestation de cette mobilisation d’une mémoire communale a lieu à la fin du XVe siècle. Alors pris dans un violent conflit les opposant à l’archevêque, dont le pouvoir seigneurial a été bafoué par un capitaine entreprenant et aidé des élus les plus notables, les échevins semblent remettre en place le rituel de la conjuratio. Déjà en 1236, un siècle après l’échec fondateur de la commune, lors de la dernière crise de nature communale, les échevins s’étaient conjurés. Mais en 1478, après avoir prêté serment au seigneur – le seul dû et valide en droit sous le régime willelmien, les échevins jurent devant un officier royal puis, rentrés dans leur hôtel, les nouveaux élus prêtent ensuite un serment collectif sur les évangiles de bien et loyalement gouverner la cité et de tenir secret les délibérations et conclusions. L’instauration du serment indique bien le climat de tension et de méfiance qui régnait alors. S’il vise avant tout à engager l’honneur et éviter la trahison, il lie aussi les échevins au gouvernement de la cité, sous protection de l’autorité royale. La mobilisation du rituel juratoire dans un contexte de conflit avec le seigneur – au regard de ce qui a pu être dit plus haut – semble parachever un imaginaire communal qui, loin d’être mort, est dorénavant institutionnalisé. Cette pratique durera d’ailleurs bien après la crise, puisque le serment sera prêté par les élus tous les ans, jusqu’à disparition de l’institution en 1636. La réaction est devenue tradition.

Le cas particulier des archives prend ainsi relief au regard d’une histoire longue des institutions. Elles n’en sont qu’une facette, mais elles sont à la fois les producteurs et les récepteurs de dynamiques plus globales. Dans cette histoire culturelle du pouvoir, où l’on aperçoit l’image que l’institution se donne à elle-même, les archives participent banalement du rêve d’autonomie qui anime les échevins rémois durant des siècles. L’imaginaire communal est la marque d’un complexe originel, qui va être combattu avec un succès ambigu mais croissant, grâce à l’appui monarchique qui, contre la sujétion, entretiendra le particularisme juridique et institutionnel de Reims, conditionnant entre autres des identités, des enjeux mémoriels et des écritures singuliers.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.