Comment en vient-on aux archives ? D’un sujet l’autre

Lorsque je dois expliquer quel est mon sujet de thèse, c’est toujours un grand moment… délicat. “Et tu travailles sur quoi, sinon ?” : invariablement, j’ai l’impression d’un déjà-vu :

Même passage du regard valorisant au silence consterné de celui qui semble regretter d’avoir posé la question, même regard circonspect, même moment de solitude… Dur d’expliquer cela en 180 secondes.

Comment en vient-on alors à faire des archives, en elles-mêmes, un sujet de thèse ? Par hasard. Lors du premier rendez-vous avec mon DR au début des années 2000, après un cours passionnant sur la guerre de Cent Ans et la construction de l’Etat, j’étais très attiré par l’histoire de la justice et du crime : Claude Gauvard était passée par là et j’avais moi-même suivi les cours de sa première disciple. Tombe cependant une contre-proposition inattendue : travailler sur l’inventaire d’archives d’un inconnu nommé Jean Foulquart, dont les mémoires allaient bientôt faire l’objet d’une redécouverte[1]. J’avais (vraiment) le choix. Des registres de justice avaient déjà fait l’objet de plusieurs mémoires de maîtrise, mais il en restait beaucoup d’autres qui attendaient le même sort. J’optais donc pour l’inconnu.

Le sujet est aride. Si les “écritures grises”, cartulaires et archives ont aujourd’hui le vent en poupe, ce n’était pas le cas en 2003-2004. La documentation était étrange : aride, technique, sans opinion ni discours apparent. Un texte parlant d’autres textes. Le genre de sujet qui vous fait découvrir la diplomatique, la paléographie et la codicologie, pour ausculter la source, découverte dans sa matérialité : le texte ET l’objet. Une archéologie documentaire[2].

Puis, au fil des mois, le sujet révèle toute sa saveur. Au fil des articles, on découvre la face sociale et culturelle des archives et de l’archivistique, la fabrique de la mémoire. Les sources éclairent quant à elles le contexte de crise politique très violente qui a lieu à Reims à la fin du XVe siècle. L’inventaire laisse entrevoir le savoir-faire d’un notaire pris entre impératifs juridiques et enjeux mémoriels. Fruit de la technicité d’un notaire rompu au droit, le recueil révèle la puissance mémorielle d’un dépôt, le poids des conflits dans la construction d’une identité institutionnelle, le rôle de la guerre civile dans l’image de la bonne ville, les luttes procédurales pour élargir sa juridiction. Ces enjeux passionnants m’ont inoculé le virus.

Les débuts du métier d’enseignant étant ce qu’ils sont, le master II n’a été réalisé que plusieurs années après. A cette époque, l’historiographie s’était déjà bien étoffée. Mais l’étude des recueils d’archives urbaines restaient encore dans l’ombre[3] – fondue dans des études plus larges. L’idée était de continuer à étudier ces recueils, cartulaires ou inventaires, en tant que « registres secondaires ». Les fonds rémois, riches mais encore très largement sous-exploités pour la période médiévale et moderne, contiennent notamment une série de cartulaires et d’inventaires intéressante, même si elle n’est que l’écume de ce qui a existé, même si l’appellation est  parfois abusive et même s’il faut la déconstruire.

Au fil des recherches, je me dis que ces recueils ne sont que la face immergée de l’iceberg, l’affleurement d’une réalité bien plus grande et plus difficile à saisir. Le sujet est alors réorienté vers l’étude des archives sous tous leurs aspects, englobant l’étude des compilations, comme la face cachée d’une histoire visible, une histoire « dans l’ombre »[4]. Le corpus de sources s’est élargi par la même occasion, faisant passer ma recherche du détricotage de registres à la traque de mention comptables. De l’inventaire aux archives, des archives à l’inventaire, on navigue entre l’ordinaire et l’extraordinaire, le papier et la mémoire, le droit et la plume. Ce voyage en solitaire autour d’un dépôt d’archives produit forcément de l’isolement aux yeux des autres. C’est aussi la saveur d’une aventure personnelle, née d’une rencontre fortuite avec un sujet improbable mais passionnant.

 

 

 

 

 

 

[1] COLLARD (F.). « Les “mémoires” de Jehan Foulquart, histoire d’un texte insaisissable », dans Revue d’histoire des textes, Paris : IRHT, 2007, p. 251-285

[2] CHASTANG (P.), « L’archéologie du texte médiéval. Autour de travaux récents sur l’écrit au Moyen Âge », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2/2008 (63e année), p. 245-269.

[3] Depuis, une étude pionnière sur l’écrit urbain a été écrite : CHASTANG (P.), La ville, le gouvernement et l’écrit à Montpellier (XIIe-XIVe siècle). Essai d’histoire sociale, Paris : Publications de la Sorbonne, 2013.

[4] Cette expression fait référence à l’article d’O. Guoytjeannin, « La tradition de l’ombre : les actes sous le regard des archivistes médiévaux (Saint-Denis, XIIe-XVe siècles) », dans Charters, cartularies and archives : the preservation and transmission of documents in the medieval West, proceedings of a colloquium of the Commission internationale de diplomatique (Princeton and New York, 16-18 september 1999), ed. by Adam J. Kosto and Anders Winroth, Toronto, 2002 (Papers in mediaeval studies, 17), p. 81-112.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.