Le cas Foulquart

Il est rare de pouvoir dresser un portrait des archivistes médiévaux. Les archives rémoises rendent le pari possible pour l’un d’entre eux et permettent de tenter une biographie politique. Car, pour la fin du XVe siècle rémois, l’histoire des archives est  d’abord une histoire politique des archives.

Jean Foulquart, notaire royal, procureur de l’échevinage durant 30 ans (entre 1474 et 1503) a consacré la fin de sa vie, à côté des obligations multiples liées à sa fonction, aux archives d’une institution et d’une ville dont il veut défendre l’honneur.

Il faut dire que Foulquart est pris dans une forte tempête politique à compter de 1477. Depuis 1473, le capitaine royal, Cochinart, a sollicité les magistrats de la ville pour l’aider à fortifier la cité. L’archevêque Pierre de Laval, de retour dans la cité, découvre son château en partie démembré pour ces besoins défensifs. Il procède à des arrestations, dont le frère de Foulquart, et intente un procès en Parlement. Foulquart lui-même est menacé et s’en tire grâce à ses relations proches du roi.

Foulquart est un homme de mémoire, au sens scripturaire du terme puisqu’on lui prête la rédaction de “mémoires” ou “journal” de plus de 600 pages, écrites de 1479 à 1499 et dont il ne reste aujourd’hui que des épaves modernes. C’est une source précieuse, où il raconte les hauts faits et la vie locale, comme l’incendie de la cathédrale de 1481 ou l’entrée du dauphin Charles en 1484.

Homme politique , il est procureur de l’échevinage jusqu’à sa mort. Dévoué à sa petite patrie, il  se lamente d’ailleurs dans ses mémoires du manque d’implication et de civisme de ses jeunes concitoyens (déjà !) au seuil des années 1490, au point qu’il cesse temporairement d’écrire ses “mémoires”.

Au service de son institution, l’échevinage, comme clerc et procureur, il se consacre pendant vingt ans au classement des archives et à la rédaction d’inventaires. Homme d’archives, il utilise tout son savoir-faire au service d’un classement efficace et d’une connaissance des chartes dorénavant mises en sécurité en terres monastiques. Entre deux voyages au Parlement ou au baillage, il poursuit l’écriture des inventaires jusque 1493.

Dans cette vaste entreprise archivistique qui est aussi l’œuvre d’une vie, au même titre que ses mémoires, il reprend d’ailleurs le projet abandonné d’écriture d’un inventaire-ordo du sacre en 1478. Il refuse le salaire qui doit lui revenir à ce titre (on est loin, très loin, d’un Gérard Charpentier, greffier du conseil de ville qui, après avoir réalisé deux inventaires d’archives de l’institution en 1530, rendit son ouvrage treize ans plus tard, uniquement à condition d’être rémunéré…). Il signale par ailleurs, dans ses mémoires, sa fierté d’avoir pu voir et toucher les instruments qui ont été utilisés lors du sacre de Charles VII. Orchestrant les pièces de théâtre donnés en place publique lors de l’entrée du dauphin en 1484, comme l’origine troyenne de Reims à partir de l’Enéide, il est au cœur du dialogue symbolique entre la ville et son roi. En politique, il s’investit dans l’image que la cité donne d’elle-même. En pédagogue, il édifie la communauté des Rémois unie par un passé commun.

De fait, Foulquart s’investit avec passion dans l’histoire de sa cité. Honoré d’être au service de son passé, il se dévoue au service de l’honneur urbain, qui rejaillit sur le sien propre. Dans sa condamnation de la jeunesse incivique, dans son refus du salaire d’archiviste du sacre, dans sa fierté d’avoir vu les regalia, sa posture oscille sans doute entre mise en scène et sincérité. On touche ici du doigt, à travers une figure centrale des institutions urbaines à la fin du XVe siècle, le sentiment d’honneur urbain et l’éthos citoyen tel qu’il peut s’exprimer parmi l’élite, à une époque où les cités vivent une “renaissance” culturelle et politique à travers leurs propres mises en mémoire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.