La thèse

Ce carnet s’articule à une recherche doctorale qui étudie les archives des institutions municipales de Reims entre le XIIIe et le XVIIe siècle.
Du XIIIe au XVIIe siècle, deux institutions ont gouvernés la ville : l’échevinage et le conseil de ville. Ces deux institutions ont un profil juridique et un rapport au patrimoine documentaire nettement différents. Si des ruptures archivistiques marquent leurs histoires, des permanences et des influences sont également notables, jusqu’à la suite de la réunion de l’échevinage et du conseil qui provoque la fusion des deux dépôts, marquant la naissance d’un dépôt unique et municipal.

Par “archives”, on se placera surtout en aval de la vie du document, c’est-à-dire sa conservation et les usages dont il fait l’objet. La question de la production d’archives est exclue. Les sources mobilisées sont nombreuses, des cartulaires et inventaires jusqu’aux actes originaux, en passant par la collection de registres de plaids, de comptes et de conclusions, conservés dans les archives municipales de Reims.

Parce que les archives rémoises sont héritées, cette étude s’attache avant tout à étudier les conditions de transmission du dépôt d’archives municipales depuis la toute fin du XVIIè siècle, en s’arrêtant surtout sur la place centrale du XIXe siècle, quand eurent lieu des transformations majeures, conditionnant l’état et de la perception actuels de la documentation.

Le cœur de l’étude s’intéresse aux archives sous tous les aspects, depuis la conservation (lieux et conditionnement) jusqu’aux réemplois (cartulaires, inventaires), en passant par leur coût financier, leur usage au quotidien (consultation et production lors de procès), ainsi que le statut et les représentations dont elles ont fait l’objet (de l’attribut communal à la source historiographique).

Les compilations d’archives retiendront particulièrement mon intérêt et seront étudiés sous l’angle des pratiques archivistiques et mémorielles, dans la continuité des travaux sur les cartulaires (études de P. Chastang ; colloques sur les cartulaires de 1991 et 2003) et de ceux sur l’archivistique (O. Guyotjeannin ; S. Barret).

Les archives des institutions municipales semblent jouer un rôle de premier plan dans le sentiment d’identité urbaine chez les élites qui les manipulent, mais aussi dans le maintien d’un régime de privilèges variés vécu par les administrés. Ainsi, les archives, véritables instrument caché de préservation institutionnelle, objet précieux et fragile à la fois, outil du dialogue avec le prince, source et enjeu de légitimité des gouvernants, ensemble de normes pratiquées par les gouvernés, semblent être le nœud d’un équilibre politique et communautaire.

Archives, gouvernement et mémoire à Reims entre le Moyen Âge et l'époque moderne

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search